Un blog ?

Si l’on y réfléchit un peu, c’est tout de même un peu bizarre cette manie qui s’est répandu de tenir un blog. Un blog sur ses humeurs, sur ses peurs ou sur les rumeurs. Un blog culinaire, littéraire ou lacunaire. Un blog que quelques internautes distraits liront peut-être. Que beaucoup, beaucoup plus, ne liront jamais. Certains sont lus. Et même plutôt beaucoup. Mais pour la plupart ?…

Et de quoi il peut causer le blogueur inconnu, que ce soit une blogueuse ou un blogueur ? De ces boutons ? De ces minous et de son minois ? Même si c’est fait avec humour, l’intérêt n’est pas flagrant… Mais à chacun son truc et je me contenterais ici d’interroger ceux dont je fais partie qui tiennent ce qu’on peut considérer comme un blog littéraire. Le vocable “littéraire” ne rendant pas compte de la qualité de la prose qui s’y manifeste, mais de l’objet dont ça cause.

Alors oui, je fais partie de ceux qui se sont lancé dans un blog-à-livres qui voudrait un jour devenir un blog-à-lire. Un blog à leurs lectures, comme un monument ? Quand même pas. Un blog de critique littéraire refoulé, le critique littéraire pouvant par ailleurs être aussi, accessoirement, un auteur raté ? Un critique musical, célèbre en son temps (Antoine Goléa) avait d’ailleurs écrit un livre intitulé “je suis un violoniste raté”. Le blogueur littéraire comme critique raté, comme écrivain deux fois raté ? Peut-être. Mais pour ce qui est du refoulé, il faudra que je demande à mon psy ce qu’il en pense, c’est lui le spécialiste (pour autant qu’il ne me renvoie pas une réponse-question qui me laissera aussi dynamique qu’une mire de l’ORTF). Un blog à livres pour épater les copains et les copines ou pour éviter de sortir de chez soi ? Même pas. Je vous assure (mais vous n’êtes pas forcé de me croire).

Un blog pour jouer avec les mots, alors, seulement ? Pas seulement, mais sûrement. Ça oui. Ça aussi. C’est évident.

Pas seulement !

Pas seulement ?… Donc aussi pour d’autres raisons… Par exemple pour s’imposer des lectures un brin plus attentives, plus motivées, et pas seulement “distrayantes”. Y passer du temps qui ne soit pas que du temps qui passe.

Et puis, aussi, un blog pour rencontrer d’autres lecteurs, même si c’est “en ligne”, et partager avec eux des bonheurs de lectures, même si c’est avec peu de mots et en toute discrétion. Mon plus grand bonheur de blogueur, c’est celui que me procure une lectrice ou un lecteur qui remercie pour une découverte qui n’aurait peut-être pas eu lieu sans le petit passage sur mon blogamoi. C’est aussi ce post que j’ai consacré il y a des mois à un livre pour moi majeur, et qui continue de trouver des lecteurs au fil des mois (de voir qu’il y a toujours des internautes pour lire les quelques lignes que j’ai commises sur Confiteor de Jaume Cabré, me réjouit régulièrement depuis quelques mois).

Mais n’allez pas croire, j’ai aussi découvert qu’un blog-à-livres, ça réserve également des déceptions. Par exemple (et surtout) lorsque l’on constate que personne ne fait attention au post où vous parlez d’un livre et d’une lecture qui vous sont des plus précieux, alors que celui paresseusement consacré à tel auteur connu – que vous appréciez très moyennement – est lu et relu. Car j’ai eu assez vite le sentiment que je ne pouvais pas parler que des livres que j’avais “adorés”, au risque d’être dans une permanence des superlatifs bien peu motivante, à l’écriture comme à la lecture. En fait, avec ceux-là, ceux dont on parle déjà beaucoup, trop, ailleurs, c’est un peu comme dans la grande distribution avec les produits d’appel : ils sont là pour attirer le chaland (ici le lecteur, la lectrice), et lui permettre de découvrir d’autres choses auxquelles il/elle ne pensait pas, dont il/elle ignorait peut-être jusqu’à l’existence… Sauf qu’ici, il n’y a rien à vendre. Rien.

Et même… Imaginez-vous que je préfère bloguer sur un support payant pour vous évitez d’avoir à supporter des publicités lors de vos visites. Si.

Si vous avez lu jusqu’ici, je peux peut-être formuler une demande, ou plutôt un souhait… Si vous avez aimé certains des livres dont je cause ou ai causé sur ce blog, si vous avez été, êtes ou serez en accord ou désaccord avec mes lectures… allez-y de vos commentaires, de vos réactions ! Commentez le post, envoyez un message via le formulaire de contact !… ça peut motiver les jours où les piles de livres à lire deviennent si hautes que l’on arrive plus à les faire baisser (mais c’est toujours comme ça, depuis des années… pour vous aussi peut-être ?).

Allez, un bon post doit savoir rester court (relativement court)… Bonnes lectures à toutes et tous.

M.O.

DSC_0050-10ePS – Sait possible qu’il y est des fautes dans ce texte, comme dans les autres d’ailleurs, de goût, de syntaxe, de grand-mère… Je vous saurais gré de ne pas en tenir rigueur à l’auteur de ces lignes qui néglige parfois de prendre le temps de se relire avec la distance opportune et la concentration souhaitable, le support technique du www y encourageant irrésistiblement… Et qu’en plus, se relire soi-même, c’est bien plus difficile que relire les autres dont les fautes nous sautent aux yeux, alors que les nôtres, elles se font curieusement invisibles !

Print Friendly, PDF & Email