Un lapin sur une feuille de choux…

Un fond de vérité
Baby spot

Une histoire de choux et de lapin

(exercice oulipien à partir d’un titre de tableau ayant figuré au Salon des refusés qui vit apparaître les premières œuvres impressionnistes : “lapin et choux”)

Intérieur d’un bureau de notaire de village.
1 – Veuillez-vous installez. Merci.
2 – Euh, je crois qu’il manque une chaise.
1 – Etes-vous plus nombreux que prévu ?
3 – Oui, je n’étais pas sûr de pouvoir venir.
1 – Et vous êtes ?…
3 – Je suis maître « x », le conseil de madame.
1 – Bien. Enchanté maître.
4 – Non non. C’est bon. Tout le monde à de quoi s’asseoir.
2 – Ah ben oui. J’avais mal compté.
1 – Donc nous sommes ici réuni…
(musique)
5 – Oups, ‘scusez ! C’est c’putain d’portable. Jamais tranquille.
2 – C’est quoi cette sonnerie ?
5 – Un truc à mon fils qui m’a mis ça.
2 – C’est un thème de son groupe ?
5 – Ouais ouais.
2 – Ça a l’air sympa.
5 – Ouais. Bof. Mais ça semble marcher plutôt bien. Heureusement. Ce con depuis les années qu’i’
nous fait suer avec sa musique…
1 – Excusez-moi, mais si nous pouvions…
4 – Vous pourrez parler de ça après peut-être.
2 et 5 bredouillent des excuses incompréhensibles.
1 – Je vous en prie. Veuillez m’excusez, mais j’ai un autre rendez-vous après et nous sommes déjà
un peu en retard.
6 – C’est à cause de nous. Désolé mais n°7 a…
7 – Non je n’ai pas.
6 – S’il te plaît. N° 7, donc, a
7 – Non ! Non. N°7 n’a pas
1 – S’il vous plaît, mesdames et messieurs pouvons-nous procéder à…
3 – Bien sûr. Procédez, procédez.
1 – Donc je disais
7 – Non.
1 – Pardon ?
7 – Non, je ne laisserais pas n°6 laisser croire que…
6 – Je ne laisse pas croire, je dis simplement ce qui est.
7 – Non. C’est pas vrai. C’est toi qui…
6 – Moi !
7 – Oui, toi qui…
5 – Eh oh, les comiques vous croyez que c’est l’moment ?
7 – Moment ou pas, je ne laisserai pas
4 – C’est reparti !
7 – Hein ! Ben oui, c’est reparti comme tu dis ! Parce que là, ça commence à bien faire
2 – Et merde ! Vous pouvez pas faire votre numéro à un autre moment ? Vous croyez vraiment que c’est le moment alors que
6 – Tu vois comment me parles n°7 ? C’est de pire en pire !
7 – Ben si c’est de pire en pire, tu n’as qu’à
1 – Mesdames et messieurs, s’il vous plaît, nous ne sommes pas au café
4 – Qu’est-ce que vous avez contre les cafés ?
1 – Contre les cafés ? Rien. Mais je
4 – Parce que si vous avez quèque chose à reprocher aux cafés, faut le dire tout de suite. J’en tiens un de café moi, alors…
1 – Je n’ai rien contre… Bon. Reprenons. Je disais café parce ce sont souvent des lieux bruyants
dans lesquels les gens parle de tout et de rien. Nous sommes ici dans mon bureau pour ce que vous savez et le temps nous est compté, je vous l’ai déjà dit. Donc si n°6 et n°7 voulaient bien reporter leur discussion à un autre moment, nous pourrions procéder. Nous sommes tous là pour cela, il me semble.
4 – Bon. Ok. Excusez-moi mais il y en a des fois qui disent des choses sur les cafés…
1 – Je vous en prie.
3 – Mesdames et messieurs, pouvons laissez n°1 procéder, s’il vous plaît.
1 – Merci maître. Donc, votre parent a donc laissé une enveloppe scellée que je dois ouvrir en votre présence ce jour.
5 – Pourquoi qu’c’est qu’à vous qu’vous l’avez ?
7 – Qu’vous lavez au savon.
1 – Pardon ?
7 – Rien rien. Procédez.
1 – C’est le choix qu’a fait votre parent de déposer cette enveloppe auprès de mon étude.
5 – Quelle étude ?
2 – L’étude de monsieur (madame).
5 – Quoi l’étude de monsieur. Y lui a laissé pour qu’il l’étudie ?
1 – Non. Enfin si. Mais non… Je veux dire « étude », c’est ainsi que l’on nomme un bureau qui
accomplit les fonctions notariales.
5 – Les quoi ?
7 – Laisse tomber n°5. On t’expliquera après, quand t’auras un peu plus de temps de cerveau
disponible.
(1 soupire bruyamment)
2 – Ne vous inquiétez pas. ça fait des années que ça dure, mais ça finit toujours par se calmer entre 6 et 7. Continuez donc sans faire attention à leur numéro.
3 – Oui. Procédons, procédons.
1 – Donc je disais… Je disais…
3 – Vous parliez de l’enveloppe que le parent de mon client (ma cliente) vous a laissé…
1 – L’enveloppe. Oui. L’enveloppe. Donc l’enveloppe que votre parent a déposée chez moi, qui a été enregistrée conformément aux exigences de la loi, par une personne disposant de son plein
jugement…
5 – Bla bla bla…
1 – et assisté de… Pardon ?
4 – Rien rien. Procédez.
1 – Bien. Donc… Euh… Nous allons donc procéder à l’ouverture de l’enveloppe laissée par votre
parent.
7 – Qu’est ce qu’il y a dedans ?
1 – Je l’ignore encore et nous allons le découvrir ensemble.
5 – Vous savez pas ? Vous déconnez ! Vous nous avez fait venir pour un truc que vous savez même pas ce que c’est ?
1 – Je sais ce que j’ai à savoir et votre parent a respecté le cadre légal en me laissant cette enveloppe sans m’en préciser le contenu.
5 – Si ça s’trouve il a piégé l’envloppe et elle va nous pêter à la gueule !
4 – N’importe quoi !
5 – L’était bien assez con pour faire un truc com’ ça !
2 – Ne faites pas attention, il pense juste faire de l’humour. Procédez, procédez.
3 – Procédez, procédons.
6 – Si tu veux bien arrêter tes conneries
7 – Ah voilà !… Le grand manitou qui a dit. Non mais c’est vrai quoi, on n’en finit pas avec tout ça.
1 – Bien. Si vous permettez, je vais procédez à l’ouverture de l’enveloppe déposée à mon étude le 13 avril dernier par votre parent en présence de
2 – Ouvrez ouvrez, on s’en fiche de qui était là ou pas.
1 – Mais
3 – Mon client a raison, procédez et ouvrez qu’on en finisse.
1 – Mais maître, vous savez comme moi que
3 – Abrégeons si vous voulez bien. Ce sera mieux pour tout le monde.
7 – Mais oui, on n’a pas que ça à faire. Maimaître a bien raison.
1 – Soit.

5 – Qu’est c’est ?
1 – Et bien, vous le voyez, une feuille au format proche A3 pliée en 2 et constituant une chemise à l’intérieur de laquelle est inséré… une feuille approchant le format A4, sur un papier plus épais sur laquelle figure…
4 – Figure quoi ?
1 – Euh… un dessin.
6 – Parce qu’il savait dessiner ?
3 – Un dessin ?
1 – J’avoue mon étonnement. Oui un dessin. Le dessin d’un lapin. D’n lapin ou d’un lièvre. Je ne suis pas spécialiste.
2 – Il vous donc a laissé le dessin d’un lapin ?
3 – N’y a-t-il rien d’autre dans cette enveloppe ?
1 – Non. Rien d’autre dont je puisse donner lecture.
5 – C’est quoi ce délire ?
4 – Faites voir. Non mais quel toqué c’était ! Pas méchant mais vraiment dérangé de la cafetière
depuis quelques années.
2 – Vous savez bien qu’il n’a jamais supporté sa mise à la retraite forcée. Forcée par nous tous.
6 – A 77 ans il ne semblait pas fou qu’il abandonne enfin sa librairie poussiéreuse qui rapportait que dalle et qui coûtait de plus en plus.
7 – Pour une fois je suis bien d’accord.
4 – Parenthèse : c’est un lièvre. On voit que vous n’êtes pas chasseur.
6 – Il aura réussi à nous faire perdre notre temps encore une fois.
5 – Ça c’est sûr. Et mois j’ai 3 hectares de choux à récolter, alors si vous permettez…
1 – Un instant s’il vous plaît. Il nous cependant respecter la procédure.
5 – La procédure pour un con d’dessin d’lapin ?
4 – Pour un dessin de lièvre. De lièvre.
7 – C’est vrai que ça change tout !
6 – Quelle procédure ?
1 – Celle de la succession. Le présent dessin représentant le seul bien entrant dans la succession, il paraît difficile et de peu d’intérêt de le découper en parts égales entre chacun d’entre vous.
5 – Mais on s’en fout de son dessin. Pouvez l’foutre à la poubelle.
1 – Soit. Mais je tiens à ce que la procédure légale soit respectée. Nous pouvons laisser ce bien en indivision, mais il me semblerait plus pertinent de la transmettre à l’un ou l’une d’entre vous, les autres renonçant alors à la succession, qui ne représente en l’occurrence qu’une valeur symbolique et affective à laquelle nul d’entre vous ne semble attaché.
7 – Personnellement je suis allergique à tout ce qui évoque la campagne et je voudrais pouvoir
retourner vers la civilisation le plus rapidement possible. Donnez-nous ce qu’il faut signer et qu’on en finisse.
6 – Pour une fois je suis exactement du même avis.
5 – Ben moi pour une fois je suis d’accord avec les deux guignols et mes choux faudrait que je m’en occupe avant qu’le temps y tourne à la pluie. Et ça s’couvre, alors on fait fissa que j’me casse.
4 – Il est pas mal son dessin, on voit bien que c’est un lièvre, mais moi les lièvres c’est en civet que je les aime, ou à la broche. Celui-ci n’étant pas comestible, je vous signe ce que vous voulez et j’aurais peut-être le temps de faire un tour à la chasse cet après-midi.
(Séance de signature sur le bureau un peu étroit. 7, 6, 5 et 4 signent et contre-signent, puis s’en vont.)
1 – Voilà. Il ne reste plus que vous. Voici les documents…
2 – Je l’aime bien moi ce dessin. Je ne savais pas qu’il avait un côté artiste comme ça. Et puis c’est un souvenir. Le seul qui nous reste. J’aimais bien passer des heures dans sa librairie, moi. Elle était pleine de vieux livres, de vieux papiers, dans la réserve surtout. Si j’ai bien compris, il est à moi le dessin maintenant. Rien qu’à moi.
1 – Vos parents et co-héritiers ayant renoncé à faire valoir leur droit pour un vieux dessin…
3 – En effet. Vous êtes seul et unique propriétaire de ce dessin de lapin ou de lièvre.
2 – Et bien je vais le garder et le faire encadrer. Et excusez le comportement parfois un peu difficile de mes « co-héritiers » comme vous dites.
1 – Je vous en prie.
2 – Vous permettez ?
1 – Je vous le remets devant témoin, n’est-ce pas maître.
3 – Je témoigne en effet.
2 – Merci et au revoir. Inutile de nous raccompagner, le chemin est court et je comprends que vous avez déjà d’autres clients qui attendent.
(Salutations entre 1, 2 et 3. Sortie.
Un autre lieu.)
3 – Tu sembles particulièrement réjoui(e).
2 – Je crois que je peux. Tu sais que si on voulait, on pourrait faire la une de toutes les feuilles de choux, et pas que des locales. Mais on va rester discrets. Très discrets.
3 – De quoi parles-tu ? Je ne comprends pas.
2 – Tu as vu le dessin de près ?
3 – Pas vraiment.
2 – Alors regarde mieux.
3 – C’est bien dessiné, c’est vrai.
2 – Remarquablement même. Et le mot est faible. Et tu ne vois rien en bas à gauche, presque
effacé ?
3 – Ah oui, je croyais que c’était une tâche.
2 – C’est toi qui en fais une belle de tâche ! On appelle ça un monogramme.
3 – Une signature ?
2 – Oui, mais d’avant les signatures.
3 – C’est ancien alors ?
2 – Je veux ! Et tu lis quoi ?
3 – On dirait un A et puis…
2 – Un A et un D.
3 – A et D ?
2 – A pour Albrecht. D pour Dürer.

Marc Ossorguine
juillet 2014

Print Friendly
Un fond de vérité
Baby spot

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *