Pip et la liberté

Jusqu'à devenir...
Todo lejos

Difficile dans un premier temps de ne pas penser à La ferme des animaux de George Orwell lorsque l’on découvre les premières pages de Pip ou la liberté, mais on l’oublie bien vite pour se laisser entraîner dans les aventures de Pip, le jeune coq épris de liberté et d’idéal qui entraînera avec lui les autres animaux de la ferme. Une référence qu’il est d’autant plus juste d’oublier que le projet du livre et ses premières pages sont antérieures de six ans à la publication du livre d’Orwell. S’il fallait à tout prix déceler les traces d’une source, de modèle, d’une tradition dans Pip et la liberté, c’est peut-être plus du côté du Roman de Renard qu’il faudrait aller la chercher, ou de la tradition orale des contes. Mais la question est de peu d’importance et nous ferions mieux d’en revenir au récit lui-même.

Nous sommes dans un univers de conte, mais un univers de conte transparent qui nous parle du monde, celui de l’époque où il a été écrit, mais aussi celui de beaucoup d’autres mondes, ailleurs ou dans des temps passés ou à venir.

Dès son plus jeune âge, Pip n’a pas été un poussin, puis un jeune coq ordinaire. Il a vite pris une certaine indépendance, surtout d’esprit, allant à la rencontre des autres animaux, même ceux dont on lui disait de se méfier, qui n’étaient pas vraiment “fréquentables”, comme Byron le cheval. Le Commandant, le vieux coq qui garde un œil vigilent su Pip, l’a mis en garde contre de telles fréquentations, mais rien n’y fait. Cela n’est sans doute par pour déplaire à cet aïeul ombrageux qui se reconnaît en Pip, et qui deviendra bientôt son allié.

Le projet de Pip, c’est de sauver tous les animaux de la tyrannie et de l’arbitraire des humains, de les engager dans une grande évasion à la recherche du lieu où ils pourront vivre libres, sans crainte de soudain disparaître sous le couteau du fermier ou dans le véhicule du boucher.

L’évasion aura lieu : direction la forêt ! Mais tout le monde n’était pas vraiment prêt à affronter ce qui est aussi une épreuve, avec ses propres dangers. Les lâchetés et trahisons n’épargneront pas les compagnons d’aventure. Au fur et à mesure que le récit avance, la réalité humaine se fait plus présente, l’allégorie et l’histoire plus manifeste. Petit à petit, du registre du conte réaliste (ou presque) l’on glisse dans celui de l’allégorie poétique, avec un sens politique de plus en plus affirmé, une référence à l’histoire humaine à la fois datée et intemporelle. Au delà des épreuves, c’est peut-être toute l’humanité de Pip, de Byron et de tous les autres qui s’affirme au cœur des épreuves et des cataclysmes de ces temps obscurs, hélas.toujours d’actualité quelque part dans le monde.

Un conte philosophique et .politique, pour les plus jeunes et les moins jeunes et même pour les “grands” qui auraient faire taire en eux la voix de Pip et ne sauraient plus l’entendre.

Ludovic Massé – Pip et la liberté – illustrations de Pierre Launois – TDO éditions, 2013

Print Friendly, PDF & Email
Jusqu'à devenir...
Todo lejos

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *