Peine perdue

Ces mots qui ne disent plus rien
Debout-Payé

adam_peine-perdueAvec Peine perdue, Olivier Adam nous emmène dans une ronde où les personnages et les voix vont se succéder, se lier, s’éclaircir mutuellement au fil des pages. Nous découvrons ainsi une bonne vingtaine d’acteurs de la vie d’une commune côtière, quelques part du côté de Nice. Il ne s’y passe pas grand chose, entre les magouilles du gros entrepreneur local et “son” équipe de foot, avec une activité touristique convoitées par les requins voisins.

Il suffira d’un gros coup de mer pour que la côte soit pendant quelques jours dévastée et que des vies qui semblaient n’attendre que cela basculent et que se mettent à jour toute la peine perdue à les construire, à essayer au moins de les sauver du désastre, si ce n’est en faire de grands destins.

Il y a Antoine, le footballeur parfois brillant et surtout incontrôlable (qui n’est pas sans rappeler le personnage de Patrick Dewaere dans Coup de tête, le film de Jean-Jacques Annaud), Pérez l’entrepreneur combinard plein aux as, Grindel, le flic pas très doué, désabusé et débordé par les évènements, Paul et Hélène, le couple âgés qui essaye d’en finir, une jeune femme anonyme et inconnue qui semble vouloir échapper au monde, une équipe de foot “petit poucet” qui doit se préparer à affronter la grande équipe de Nantes en Coupe de France…

Depuis le coup de mer et l’agression qui a laissé Antoine quasi pour mort, les petits mondes de toutes ces vies semblent avoir perdu toute boussole et chacun fait comme il peut, avec ses fantômes, ses rêves, ses illusions à perdre. Un monde bien gris sous le soleil de la côte d’azur, et même noir parfois.

L’écriture et le style d’Olivier Adam donne leur chair et leur crédibilité à toutes ces voix qui dressent un tableau de notre société où les raisons de désespérer, ou pour le moins de déprimer, abondent, mais où les espoirs existent aussi, où les rêves – et pas seulement les cauchemars – peuvent aussi,, au moins en partie, devenir des réalités.

Un récit fragmenté et pluriel, mais complètement cohérent que l’on peut lire comme une métaphore ou une allégorie de notre monde et de ses crises, mais aussi comme le récit, voire le manuel, de survie et de résistance au quotidien.

Olivier Adam – Peine perdue – Flammarion, 2014

Print Friendly, PDF & Email
Ces mots qui ne disent plus rien
Debout-Payé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *