Le lieutenant “Suivant”…

L’évidence des oreilles et la lutte des castes
Quelques femmes
Serge Prokofiev

Il est parfois des musiques qui racontent des histoires. Des histoires peut-être improbables, farfelues ou fantastiques, mais des histoires tout de même. Parfois sans même un mot. En matière d’histoire racontée et de musique, tout le monde, ou presque, connaît le conte musical de Pierre et le loup, avec la musique de Prokofiev. Mais connaissez-vous l’histoire du lieutenant Kijé ? Un autre conte musical, sans parole, sans texte, que Prokofiev s’est amusé à composer. Au départ de la vie de Kijé, il y a un jeu de mots.  C’est même ce jeu de mots qui lui donne vie. Ne maîtrisant pas suffisamment la langue de Pouchkine, non plus que celle de Lénine, je me risquerait pas dans une explication linguistique hasardeuse mais vous conterai ce que l’on m’en a conté. Au début, à la naissance de KIjé, une liste de noms, de noms de lieutenants de l’armée du Tsar, qui s’ouvre sur un équivalent de “… les lieutenants suivant : …” qui peut aussi s’entendre comme “… les lieutenants : Suivant ; …”. Voilà donc comment naquit Kijé. Qui n’a jamais existé et qui pourtant va mener toute une vie de soldat dans l’armée de l’empire. Autant d’épisode que Prokofiev nous narre en musique avec la naissance de Kijé, ses amours, son mariage… jusqu’à sa mort. Le tout avec une poésie et une ironie, une tendresse et un sens de l’absurde que le compositeur savait allié dans une langue musicale unique, singulière, aux accents si particuliers qu’on les reconnaît rapidement quand on les entend.

Iouri Nicolaïevitch Tynianov (Ю́рий Никола́евич Тыня́нов)

Au départ il y a une nouvelle et un film, mais l’un et l’autre ont été bien plus oubliés que la musiques qu’ils ont inspirés. La nouvelle est celle d’un écrivain soviétique, Iouri Tynianov (1894-1943), Lieutenant Kijé (1928), adapté rapidement au cinéma par Alexandre Feinzimmer, en 1933-34… Un film et un cinéaste dont on ne peut pas dire que l’histoire du cinéma ait fait grand cas ! En tout cas une belle réussite avec cette première pour le compositeur de Pierre et le loup qui s’essaye pour la première fois à la musique de film. Quelques petites années après, ce sera la collaboration avec Eisenstein pour Alexandre Nevski (1938) puis pour Ivan le Terrible (1942 et 1945). Miracle d’internet ; les plus curieux peuvent découvrir ce film oublié (dont certaines encyclopédies musicales prétendent même qu’il n’a jamais été réalisé).

C’est que l’histoire est assez curieuse de ce lieutenant né d’une erreur d’écriture qui survit par la soumission totale de l’administration aux caprices d’un tsar aux allures de père Ubu débonnaire, moins cruel mais tout aussi dictatorial. Le lieutenant sera envoyé en Sibérie, puis réhabilité encore plus vite qu’il n’a été condamné, fait colonel, puis général, fera un mariage prestigieux, tombera malade et mourra… Tout cela sans exister plus qu’un fantôme, ce que chacun accepte puisque l’administration impériale, l’empereur en personne a dit que cela devait être ainsi. Cela est censé se passer sous le règne de Paul 1er (1754-1801) – fils de la Grande Catherine – qui ne dura que 5 petites années. Si la satire entend se moquer de l’ancien pouvoir impérial, avec le recul, on peut aussi y lire une farce qui s’applique merveilleusement au pouvoir stalinien.

Pour les curieux d’histoire de la musique et du cinéma Lieutenant Kijé, d’Alexandre Feinzimmer avec une musique de Serge Prokofiev.

Quant à la nouvelle à l’origine de cette affaire, Gallimard l’a publié à l’imaginaire puis en folio bilingue il y a quelques années et s’apprête à le rééditer de nouveau en folio bilingue, dans une traduction de Lily Denis. Coté musique, la musique de film est devenu une suite. C’est en écoutant la version enregistrée il y a des année par Fritz Reiner (qui était hongrois, comme son nom ne le dit pas) à la tête de “son” orchestre symphonique de Chicago (disque RCA) que l’envie de vous parler du lieutenant m’est venue. C’est une très belle interprétation, hautement recommandable.

Parution prévue le 1er juin 2017

Egalement dans Musique

  1. Pierre et Nikolaus
  2. La Dame de Pique
  3. Le lieutenant “Suivant”…

Voir toute la série d’articles

Print Friendly
L’évidence des oreilles et la lutte des castes
Quelques femmes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *