Les pigeons de Paris

“Juan – Juanito, comme l’appelaient autrefois les voix du village qui n’existent plus – attend.”

La maison des chagrins

"Evoquer le passé et le rattacher au présent pouvait être aussi épuisant qu'explorer un labyrinthe dont on ne connaîtrait qu'une partie." Pour parler de la Maison des chagrins, c'est d'abord un propos de Goethe qui me revient. Un propos où il s'étonne et se félicite - à propos de Jacques le fataliste de Diderot -…

La tristesse du samouraï

Un marathon très noir"Personne n'est jamais complètement innocent." Si comme moi il y a quelques jours, suivant les recommandations que l'on vous a faites, vous vous apprêtez à lire La Tristesse du samouraï, un conseil: annuler tous vos rendez-vous et invitations, débranchez votre téléphone, votre télé, éteignez votre "box" et prévenez vos proches pour qu'ils…