Ça va aller, tu vas voir

“Je ne sais pas. Ce que je lis ne colle pas avec ce que je vois. Ce que je pense non plus. Rien, ne colle.”

Témoin

Cette littérature-là, pour savoir éviter la littérature, fait toute la valeur de la littérature. Ou de l’écriture, plutôt.

La destruction du Parthénon

Difficile d'imaginer une image qui colle plus à Athènes que celle de l'Acropole et du Parthénon. Même mangé par la pollution et l'urbanisme depuis des décennies, le monument reste l'emblème de la Grèce, ignorant du cours de l'histoire, il semble avoir figé une fois pour toute la Grèce dans son antiquité, en dépit des nationalismes,des…

Baby spot

La vie, c’est pas du cinéma. Pas du tout.

FrICTIONS

Le chaos est peut-être bien plus littéraire que l’ordre, tout compte fait. Même si l’on prétend mettre de l’ordre dans le monde à coup de phrases et de textes.

Otages intimes

Après le magnifique quintette que constituait Profanes, Jeanne Benameur nous propose une nouvelle partition, un trio rassemblé autour du piano d'Irène, auxquelles quelques voix isolées viennent apporter leur contrepoint. Le récit de ce nouvel opus, Orages intimes, est aussi l'accompagnement d'une transformation, d'un retour et d'une possible renaissance. Etienne est ce qu'on appelle un correspondant…

La isla celeste

Un livre pour les moins grands... et les plus grands! De l'écrivaine argentine Sara Rosenberg, les adultes francophones ont pu découvrir en 2012 Un fil rouge (Ed. La Contre Allée), magistral récit sur les blessures de la dictature dont l'écrivaine fut elle-même victime. Les adultes hispanophones ont peut-être eu l'occasion de lire Un hilo rojo,…

Profanes

Il y a des livres dont on peut facilement parler, qu'il nous aient séduits, réjouis, mis en colère ou en joie. Des livres qui nous rendent bavards. Il en est d'autres qui nous touchent et nous remuent d'une telle façon que les mots pour en parler nous manquent ou qu'ils paraissent cruellement insuffisants, impuissants. Profanes…

Terre de colère

Des immigrés offrant leur force de travail, alignés le long des murs d'une gare, chacun à sa place, prêts à accepter à peu près tout ce qu'on leur proposera, y compris la mort qui peut survenir simplement parce que monte la colère de quelques hommes perdus; des petits chefs qui se soulagent du monde en…