Dix-sept ans de mensonges

L'instant décisif
Qui a tué Heidi ?

Non, la littérature albanaise, pour méconnue qu’elle soit, ne se limite pas à Ismaïl Kadaré. Nous avons déjà parlé dans nos pages de Gazmend Kapllani, qui est passé par la langue grecque une fois quittée l’Albanie. Parmi bien d’autres (qu’il nous faudra encore découvrir), il y a entre autre Bessa Myftiu. Ce sont la langue française, les rives du Léman et la ville de Genève que l’auteure a adoptées en 1992 et où elle a petit à petit développé une oeuvre qui compte aujourd’hui une douzaine de titres (poésie, romans et récits, témoignages, essais…) principalement édité par les éditions Ovadia à Nice.

Une inconnue était assise sur le canapé de la cuisine. La quarantaine, très maigre et mal habillée, elle ressemblait à un spectre.

– C’est ma cousine éloignée, dit la mère. Elle sort de prison et n’a personne chez qui aller.

C’est ainsi qu’Elsa, fait irruption dans la vie d’Armand. Elle sort juste de prison. Une prison où elle aurait dû passer le reste de sa vie si la chute du régime d’Enver Hoxha n’avait pas tout changé. Partir, c’est aussi ce qu’Armand est en train de planifier. Tenter le pari de l’immigration, poussé par le rêve d’une vie moins terne que celle que ses parents. Son rêve est de devenir boxeur. Contre toute attente, il a découvert qu’il avait un don pour ce sport, et il rêve déjà de titres et de fortune… Mais pour cela il faut partir. Passer de l’autre côté de l’Adriatique, en Italie. Cela veut dire laisser derrière les parents… mais maintenant qu’il y a Elsa, cela paraît moins cruel… Sa résolution est prise. Il partira bien. Mais pas comme il pensait, pas comme il avait prévu…

© Fred Pluviaud – grainsdefolie.net 2010

Un récit court qui met à nu les rêves d’un jeune homme, qui dévoile aussi la possibilité d’une renaissance pour celle qui a passé 17 années enterrée vive par un régime politique qui était d’abord pénitentiaire, qui faisait de la fermeture et de l’enfermement une obsession et une vérité. Un récit sobre et efficace qui perce le mensonge, sa nécessité quand il s’agit de survivre comme sa brutalité quand il s’agit de l’abandonner, de le rejeter, pour apprendre ou ré-apprendre à vivre. Récit de douleur et de mémoire aussi quand il s’agit de reconstruire le récit d’une vie, de tisser à nouveau les liens brisés avec d’autres, avec les choses et avec soi-même, aussi.

Les formes courtes, voire brèves, ne sont pas les plus faciles à écrire et exigent une maîtrise du récit comme du style. En à peine plus de 40 pages, Bessa Myftiu campe des personnages qui nous touchent et nous révèlent tout un monde. Un monde inconnu, un monde que l’on croit lointain et qui est en fait bien proche, car là-bas comme ici vivent des femmes et des hommes, avec leurs blessures, leurs rêves et leur capacité de sollicitude. Un monde où le souci de l’autre est peut-être la meilleure façon de résister à l’absurdité des idéologies meurtrières. Totalitarisme là bas, individualisme ici. On découvre aussi tout le talent de conteuse de Bessa Myftiu – sobriété et concision sans aucune sécheresse – dans ce “microroman”, comme le désigne l’éditeur Giuseppe Meronne. Un éditeur dont il faut aussi dire un mot car les publications des éditions bsn press sont à ce jour bien peu visibles chez nous. C’est bien dommage car lorsque l’on explore le catalogue construit depuis une demi-douzaine d’années, on se dit qu’il y a de vraies découvertes à y faire (Joseph Incardona, Olivier Chapuis, Antonio Albanese, Jean Chauma…), en commençant peut-être par l’anthologie Léman noir dans laquelle Marius Daniel Popescu a rassemblé 20 auteurs pour décliner le noir autour du célèbre lac.

Bessa Myftiu – Dix-sept ans de mensonges – BSN Press, collection Uppercut, 2017

D’autres oeuvres publiées par Bessa Myftiu (littérature et essais) :

  • Vers l’impossible – Ovadia, 2016
  • Amours au temps du communisme Fayard, 2011
  • Littérature & savoir – Ovadia, 2008
  • Le courage, notre destin, récits d’éducation – Ovadia, 2008
  • Dialogues et récits d’éducation sur la différence – Ovadia, 2006
  • Ma légende – L’Harmattan, 1998 (préfacé par Ismaïl Kadaré)
Print Friendly, PDF & Email
L'instant décisif
Qui a tué Heidi ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *