Le mauvais sort

Le temps, le temps
La pièce du fond

Une Italie austère et hostile aux pauvres

le-mauvais-sortUn livre court et sobre. Un livre qui nous assomme en nous faisant prendre la mesure de la misère, celle d’une région où pauvreté, inégalité et injustice, pour aussi criantes qu’elles furent, étaient acceptées comme une fatalité, un ordre normal. Beppe Fenoglio (1922-1963) nous emmène sur les hauteurs austères et hostiles des Langhe dans lesquelles il vécut, au début du vingtième siècle.

Le personnage principal et narrateur, Agostino, aurait pu faire sienne la phrase de Paul Nizan : J’avais vingt ans. Je ne laisserais personne dire que c’est le plus bel âge de la vie (Aden Arabie).

Le récit de la vie d’Agostino commence avec la mort du père, un jour de pluie. Depuis des années il a été placé chez Tobia, il y travaille pour une misère, résigné à sa “chienne de vie”. Cadet de sa famille, Agostino aime beaucoup son frère Emilio qui crève de faim au séminaire mais qui sera peut-être prêtre un jour. Il pourra alors être curé et prendre leur mère avec lui dans sa future paroisse. Il y a aussi l’aîné de la famille, Stefano, qui a été à l’armée et en ai revenu sans enthousiasme. Il sera désormais le chef de famille. Il y aussi la présence d’une sœur morte il y a longtemps, jamais oubliée par la mère.

Jour après jour chacun se bat pour survivre et cela exige d’être dur avec soi-même comme avec les autres, jusqu’à la violence parfois. Il arrive pourtant que l’on rit, que l’on sourit et même, en dépit de tout, que l’on rêve d’une autre vie. La réalité et la fatalité gagne cependant à tous les coups poussée par les hommes qui négocient et arrangent les mariages, les successions, les soumissions et l’exploitation de beaucoup par très peu. Une histoire vieille comme le monde.

Beppe Fenoglio déroule un récit terrible, mais pas misérabiliste. Un récit qui parle de conditions de vie qui paraissent sorties d’âges reculés, mais en même temps si proches de nous. Et peut-être bien beaucoup plus actuelles qu’on ne le voudrait. Les Langhe du Piémont italien valent pour toutes les régions de misère où il y a ceux qui vivent et ceux qui survivent malgré tout en bien des régions du monde, dans ces pays que l’on disait autrefois “en voie de développement” (comme l’Italie de ce temps là, sans doute).

Les éditions Cambourakis nous permettent de découvrir ou redécouvrir un auteur déjà traduit mais que j’avoue ne jamais avoir lu avant cette ré-édition du Mauvais sort. Il s’agit pourtant d’un auteur qu’Italo Calvino plaçait très haut et dont il disait qu’il fut le plus solitaire de tous et qu’il parvint à faire le roman dont nous avions tous rêvé (“Fu il più solitario di tutti che riuscì a fare il romanzo che tutti avevamo sognato”). L’édition de son œuvre, dont une part importante est consacrée à la guerre et à son expérience de partisan, et sa reconnaissance furent essentiellement posthume. Il n’a guère l’honneur de nos dictionnaires de ce côté des Alpes et reste un auteur à découvrir. Une occasion à ne pas manquer, même si cette littérature là n’est pas complaisante ou tendre avec ses lecteurs.

Les autres titres de Beppe Fenoglio traduits en France (en Italien, la totalité de son œuvre a été publié par les éditions Einaudi) :

  • Les Vingt-trois jours de la ville d’Albe (I ventitre giorni della città di Alba, 1952), Ivrea (1987) – voir
  • L’Embuscade (L’embuscata), Gallimard (1994) – voir
  • La Paie du samedi (La paga del sabato), Gallimard (1990 et 2007) – voir
  • Le Printemps du guerrier, Denoël (1988) – épuisé
  • La Louve et le partisan, Gallimard (1998) – voir
  • La Guerre sur les collines, Gallimard (1973) – voir
  • Une affaire personnelle et autres récits, Gallimard (1978) – voir
  • La Permission, Ivrea (1993) – voir
  • Journal 1954 suivi de Epigrammes, La Fosse aux ours (2003) – voir

Beppe FENOGLIO – Le Mauvais sort (La malora, 1954) – traduit de l’italien par Monique Baccelli – Editions Cambourakis, 2013

Sur le site de l’éditeur

Print Friendly, PDF & Email
Le temps, le temps
La pièce du fond

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *